Blog

Et si la performance extra-financière devenait le moteur de croissance de votre marque ?

Dans un monde en forte mutation, l’entreprise doit à présent se concevoir à la fois comme un acteur économique mais aussi comme un acteur engagé et conscient de son impact sociétal. Le comportement des consommateurs, de plus en plus exigeant les force à remettre en question leurs pratiques, à prendre du recul sur leurs activités et faire preuve de transparence :

  • 47% des consommateurs ont arrêté d’acheter les produits d’entreprises qui les ont déçus.
  • 75 % des salariés pensent qu’il est du devoir d’une entreprise d’engager ses collaborateurs sur la RSE.
  • 80 % des investisseurs considèrent qu’il est essentiel de prendre en compte la performance extra-financière d’une entreprise pour mesurer son potentiel de création de valeur à long terme.

Dans ce contexte, la performance extra financière prend de plus en plus d’importance vis-à-vis de la performance financière : les entreprises ne sont alors plus uniquement évaluées sur leurs résultats mais aussi sur la prise en compte de leurs externalités.

Pour analyser la performance immatérielle des entreprises, un nouvel outil de reporting RSE a été créé en 2017, applicable dès 2019 sur les bilans 2018: la Déclaration de Performance Extra-financière, ou DPEF.

 

Qu’est-ce que la DPEF ?

La DPEF est un outil de stratégie permettant d’inciter, d’influencer et d’accélérer la transformation de l’entreprise tout en apportant une transparence devenue essentielle aux yeux des parties prenantes.

Cet outil stratégique répond à des attentes multiples : celles des consommateurs qui s’orientent vers une consommation responsable, des fournisseurs de plus en plus exigeants, des collaborateurs désireux de travailler pour une entreprise engagée et de la communauté financière de plus en plus vigilante.

Au-delà de la réglementation, la DPEF permet de mettre en exergue la prise de conscience de l’entreprise, sa volonté de s’engager en réponse aux attentes de la société civile et l’état d’esprit des dirigeants. Elle donne aussi une indication fiable sur les performances, à court et moyen terme, et la durabilité de l’entreprise.

 

Quel est son contenu ?

La déclaration doit intégrer le modèle d’affaires de l’entreprise, les risques immatériels (environnementaux, sociaux) liés à ses activités ainsi qu’une description des politiques appliquées pour les éviter ou les contrer, incluant des indicateurs clés de performance dans la durée.

La cartographie des risques et les indicateurs de performance sont d’un grand intérêt pour les agences de notation et les investisseurs puisqu’ils leur permettent d’acquérir une meilleure compréhension de la valeur créée par l’entreprise et de la gestion de ses différents capitaux (financiers, humains, naturels…). Cette transparence permet finalement à l’entreprise de gagner en crédibilité auprès des instances financières.

La crédibilité et la transparence de l’entreprise sont renforcées par le fait que la déclaration soit contrôlée par un tiers de confiance indépendant, qui certifie l’authenticité du contenu de la DPEF.

 

Quelles entreprises sont concernées ?

La publication de la DPEF concerne les sociétés cotées avec plus de 20 millions € de bilan ou 40 millions € de chiffre d’affaires et 500 employés ainsi que les sociétés non-cotées avec plus de 100 millions € de bilan ou 100 millions € de chiffre d’affaires et 500 employés.

À noter que le rapport constitue un chapitre à part entière du rapport d’activité de l’entreprise. Pour les entreprises cotées en bourse, il doit par ailleurs être incorporé au document de référence obligatoire (DDR).

 

De simple outil de reporting à outil stratégique, la DPEF devient créateur de valeur pour la marque entreprise et tout son écosystème. Elle permet de structurer l’engagement sociétal de l’entreprise et lui donner de la visibilité tout en répondant à des nouveaux critères de transparence de la société civile et des instances financières. Complémentaire à la raison d’être, elle s’impose dans le nouveau paradigme où participer au bien commun est devenu un puissant levier de performance à court et moyen terme.

Partager cet article

X
Articles récents /4